Patchwork Gardens: le côté radical de l’agriculture biologique

By Visite Kingston

patchworkgardens.ca

La nourriture peut être révolutionnaire. C’est ce que penser que les propriétaires de Patchwork Gardens.

En 2004, trois amis, Eric, Meg et Ian, tout juste sortis de l’université, voulaient faire plus que ce que leur licence pouvait offrir. Ensemble, ils ont ouvert un petit potager à Battersea, à seulement 20 minutes au nord du centre-ville de Kingston et ont progressivement appris les ficelles du métier. Ce qui a commencé comme un projet à petite échelle (exécuté à temps partiel il y a près de deux décennies) s’est littéralement transformé en une grande exploitation agricole.

« Au début, je pense que [la création de la ferme] était principalement une réaction contre les grandes entreprises agricoles et industrielles », déclare le copropriétaire Eric Williams. « Faire quelque chose de significatif dans le monde et m’appliquer de manière réelle pour un changement positif. »

« Nous sommes tous allés à l’université. Nous avons tous des diplômes artistiques qui nous n’ont pas menés nulle part », déclare Meg Joslin, une autre copropriétaire de la ferme. « J’ai fait des études culturelles en anglais, mais cela m’a conduit au côté activiste des choses où je savais que je voulais travailler pour moi-même. Je voulais me sentir bien dans ce que je faisais. »

« Au début, je pense que [la création de la ferme] était principalement une réaction contre les grandes entreprises agricoles industrielles. »

Eric Williams, co-fondateur de Patchwork Gardens

Patchwork est né de l’idée d’être politiquement engagé et connecté à la nourriture et à l’environnement.

« Ce que j’aime particulièrement, c’est travailler à la ferme, la camaraderie qui se construit avec d’autres personnes partageant les mêmes idées ici, poursuivant des objectifs significatifs et gratifiants dans le contexte de la crise environnementale du changement climatique », déclare Eric. « J’ai l’impression que c’est un travail vraiment significatif. »

L’équipe a tous effectué des stages à la ferme pendant une saison de croissance complète afin d’établir des antécédents agricoles auparavant inexistants. Ils ont cultivé des produits au fur et à mesure qu’ils ont appris et ont finalement eu une récolte assez grande pour installer un stand au marché public de Kingston au centre-ville de Springer Market Square.

Leur produit a été un succès auprès de la foule du marché et pour ce patchwork crédite leur arme secrète : le sol Battersea Silt Loam.

Le sol est exclusif à la région de Battersea et a une forte concentration de matière biologiques – plus de cinq pour cent par rapport à la plupart des fermes conventionnelles qui ont la chance d’avoir un à deux pour cent. Un sol riche en matière biologique se traduit par plus d’organismes dans le sol qui peuvent être nourris dans un cycle naturel de croissance et de décomposition au fur et à mesure que les cultures sont plantées et récoltées. De plus, lorsque vous laissez la nature suivre son cours, vous n’avez pas besoin d’engrais chimiques.

« Nous avons appris à aimer notre sol », dit Ian. « Le limon argileux peut aider la rétention des nutriments et de l’eau, ce qui nous donne un gros avantage en ce qui concerne les saveurs et les profils nutritionnels de nos cultures et les gens remarquent souvent la saveur et la douceur de choses comme nos carottes. »

Patchwork fonctionne, selon un calendrier de livraison rapide pour assurer une fraîcheur optimale. Ils récoltent et emballent tout sur commande afin que les restaurants comme AquaTerra et les magasins comme The Grocery Basket puissent recevoir des produits prêts à être utilisés ou vendus immédiatement.

Si vous avez déjà mangé un ou deux repas à Kingston, vous avez probablement remarqué que le nom de Patchwork Gardens apparaît sur le menu. Ils figurent sur la liste des fournisseurs de nombreux restaurants de Kingston qui ont adopté le mouvement locavore. Cela ne passe pas non plus inaperçu par l’équipe de Patchwork.

« L’une des choses que nous avons constatées au cours des dix, douze, peut-être quinze dernières années est une réelle croissance de l’enthousiasme et de l’enthousiasme pour la cuisine locale », déclare le copropriétaire Ian Stutt. « De nos voisins, de nos clients en ville et de la région de Kingston et du comté de Frontenac en tout. C’est vraiment intéressant pour nous de savoir qu’il existe un marché excité et accueillant pour que nous continuions à vendre nos légumes, ce qui soutient énormément ce que nous faisons. »

Lorsque la nourriture est soutenue au niveau local, cet argent reste dans la communauté et ces dollars contribuent grandement à soutenir l’économie, les fermes et la prospérité de la ville. Tout cela aide à développer et à entretenir un système alimentaire et la communauté agricole, dit Ian. Cela semble assez radical.

Pour en savoir plus sur le plus grand fan de Patchwork Gardens, cliquez ici.