Les nouveaux artistes de Kingston occupent le centre-ville

By Nick Pearce

S’il y a une chose à retenir au sujet de Kingston, c’est le foisonnement de sa scène musicale live.

Ici, presque tout le monde peut raconter sa première rencontre avec un artiste émergent peu à peu élevé au rang de vedette dans le pays entier. La ville d’où a émergé The Tragically Hip, entre autres, n’oublie jamais ses groupes locaux.

Et quand Kingston se passionne pour des artistes de son paysage musical, le reste du Canada tend l’oreille. Voici donc la prévision des noms en lice dans les galas de l’année prochaine – ceux qui pourraient bien rafler un prix.

Kingston Live Music

Here’s a list of next year’s award nominees and best of list contenders — and when a city of music fans picks a winner, the rest of Canada takes note.

Julia Finnegan

Nombreux sont les auteurs-compositeurs-interprètes, mais Julia Finnegan est unique en son genre.

Ses riches compositions folks évoquent ses influences : des icônes comme Joni Mitchell et Bob Dylan.

Son microalbum sorti en 2015, Thoughts Collide, a beaucoup passé à la radio de CBC dès sa sortie. Et depuis, les fans de Kingston ont continué de lui être fidèles.

Seule une artiste à ses débuts peut traduire cette force d’évocation. Ses chansons ont quelque chose d’émouvant et d’intime et une maturité que rythment des musiques enjouées. Elle les joue seule à la guitare acoustique, parfois avec un groupe de musiciens.

Son talent impose le silence dans l’auditoire. Quand sortira son deuxième EP? C’est la question qu’on se pose en écoutant Julia Finnegan.

Julia Finnegan
Photo via Julia Finnegan Facebook

Paper Ladies

Les premiers accords de la chanson Promises disent tout. 

Le son brut des guitares vibre sur un riff de basse qui résonne et… c’est quand même la chose la plus accrocheuse que vous avez entendue depuis des mois.

Paper Ladies écrit de la musique qui groove et la joue devant un mur de son. Les performances planantes du groupe collent à l’énergie des petites scènes de festivals par les jours brumeux d’été, où des fans s’arracheront leurs chansons pour les ajouter à leurs playlists.

À écouter : la pièce Promises

Paper Ladies Band
Photo via Paper Ladies Facebook

JIMBO

Avec ses riffs de blues pleins de substance, ses solos de guitare héroïques et ses jams exploratoires, JIMBO est un pont avec le monde du hard rock.

Ce band formé de copains d’université a depuis donné des concerts à Kingston toutes les fins de semaine sur des scènes qui alternent – The Brooklyn, The Mansion, The Toucan, même les arrière-cours de leurs amis. Ils sautent sur chaque occasion de se produire.

Leurs spectacles sont imprévisibles : à tout moment les musiciens improvisent des riffs et solos, en plus d’interagir l’un avec l’autre ou avec le public, qui vit là une expérience unique.

Le déluge de décibels et d’énergie est contrebalancé par du badinage avec l’auditoire. Ils demandent conseil pour le choix d’une crème glacée, par exemple, ou racontent de longues anecdotes sur un ton décalé pour expliquer en quoi consiste leur musique.

JIMBO est en quelque sorte un anachronisme qui se nourrit de ses idoles rock et d’un public large d’esprit.

JIMBO
Photo via JIMBO Facebook

The Meringues

Difficile de faire un appel sur ton mobile pendant un concert des Meringues.

Entre les deux chanteurs solistes du groupe, Ted Evans et Amanda MacLean, les échanges vocaux ont des allures de lutte qui oscille entre apaisement et tension. Leur performance, qui est moment d’énergie brute, exige toute l’attention des spectateurs.

Heureusement, la punk attitude des Meringues sur scène ne va pas sans des chansons ciselées qui se déploient dans un spectacle totalement électrisant.

Leur premier album va sortir cet automne : c’est le moment d’aller voir le groupe sur une scène de sa propre ville. Et au moins vous pourrez vous vanter de l’avoir vu en premier quand les autres le découvriront!

The Meringues
Photo via The Meringues Facebook